Alexandre le Grand, le conquérant

Alexandre le Grand. Voilà un nom qui m’a fait rêvé plus jeune. Il est l’un des héros de ma vie d’adulte car c’était un génie en son temps. Macédonien de coeur, il n’aura de cesse toute sa vie de vouloir étendre son royaume jusqu’au bout du monde. Si j’aime ce personnage emblématique, c’est parce que je connais cette frustration de vouloir tout savoir sans pouvoir le faire dans une vie humaine. Voici les grands moments de sa vie.

Alexandre le Grand

Enfance et éducation:

Fils de Philippe II de Macédoine et d’Olympias, il a une vie de famille un peu compliquée car ses parents ne s’entendaient guère. Vénéré par sa mère (qui lui dit être un descendant de Zeus et d’Achille), il est éduqué par Aristote lui-même et découvre alors les héros grecs de la mythologie et des récits d’Homère. Il démontre une grande intelligence (influencé par la culture grecque). Plusieurs penseurs grecs l’entourent, ce qui est rare pour un prince macédonien, considéré comme « barbare » par les Grecs

Il a aussi un physique robuste. Son père lui confie rapidement des responsabilités, comme un commandement de cavalerie lors de la bataille de Chéronée (338 avant J.C). Pour rappel, la Macédoine se situe au nord de la Grèce et Philippe II tente de prendre les cités-états une par une. Il réussit à vaincre les Athéniens, les Thébains. Quand Philippe II part conquérir Byzance, c’est Alexandre qui est chargé de la régence de la Macédoine. Malgré de bons résultats sur le plan militaire et le plan politique, qui l’aideront plus tard dans sa souveraineté, il a un brouille un temps avec Philippe II, qui menace de l’écarter du pouvoir (il a répudié Olympias et a une nouvelle femme et enfants) mais le conflit est vite résolu.

Roi et premières conquêtes:

En 336 av. JC, Philippe II est assassiné ( des théories abondent sur le sujet ) et Alexandre est fait roi de Macédoine, à 20 ans. Il entend continue les conquêtes de son père, qui visait essentiellement la Perse. Les cités conquises essaient d’en profiter mais Alexandre écrase Thèbes et après se succès, il met cap à l’Est pour la Perse. La Ligue de Corinthe, organisée par son père, et regroupant les cités grecques, se joint à lui pour partir vers l’Asie. Son armée compte environ 40000 hommes, cavaliers et fantassins. Alexandre le Grand affronte l’armée perse, mené par Darius III, sur les rives du fleuve Granique. Alexandre le Grand remporte une victoire contre les satrapes perses qui lui ouvre les portes de l’Asie Mineure. Cet affrontement est la première d’une série de trois victoires des Macédoniens contre les Perses.

Darius s’enfuit en Syrie, abandonnant sa mère, sa femme, ses filles et un important butin. C’est la débandade pour les troupes perses. Plutôt que de poursuivre Darius, Alexandre décide de continuer ses conquêtes en Syrie. Il prend Tyr et Memphis, notamment (-332). Ensuite, il fonde une cité, Alexandrie, dans le delta du Nil. en -331, il décidé de partir pou Babylone où Darius attend. L’affrontement a lieu à Gaugamèles et c’est Alexandre le Grand qui remporte une victoire décisive. Dairus fuit pour de bon mais surtout, cela lui donne accès à Babylone, haut lieu de l’Asie Mineure. Poursuivant ses conquêtes des grandes capitales de l’Empire achéménide, Alexandre soumet successivement Suse, Persépolis et Pasargades, la dernière capitale perse. Il se lance aussi à la poursuite de Darius, qu’il finit par retrouver, mortellement blessé par les siens. Il meurt auprès d’Alexandre qui le tenait en grandes estime. Il se lance à la poursuite des meurtriers pour les châtier mais pas seulement par gentillesse. Cela lui donne une certaine légitimité pour asseoir sa capitale à Babylone.

A Babylone, Alexandre s’assure de respecter les cultes et fait même rénover le Temple de Marduk. Il assure un maximum de libertés à la population et fait même de la famille royale, une partie de sa propre famille, en signe de respect. Le voyant comme l’héritier spirituelle de Darius, la noblesse perse l’accueille favorablement. Et Alexandre en profite pour modifier son armée, dont certains membres en avaient assez de ces guerres. Il incorpore donc 6000 perses et fait repartir une partie de ses troupes macédoniennes. Cependant, dans les autres satrapes qu’il conquiert petit à petit, il se heurte à des révoltes et au mécontentement de ses propres hommes. De -329 à -327, il soumet la Bactriane et la Sogdiane au prix de terribles combats. Alexandre fonde sur son passage une cinquantaine d’Alexandrie. Le roi macédonien épouse Roxane, fille du bactrien Oxyarte, selon le rite perse. La résistance perse s’efface et l’Iran est pacifié. Alexandre se tourne encore plus vers l’Est, un but qu’il nourrit depuis plusieurs années : l’Indus (l’Inde).

Voyage vers l’Indus et fin d’un rêve:

Le projet est mal perçu par son armée qui voyage depuis trop longtemps. Il se heurte à un mécontentement grandissant. En -327, Alexandre part avec une armée de 120 000 personnes pour les vallées de l’Indus. Il faut dire qu’à cette époque, les Grecs connaissent peu de choses sur ces contrées. L’Inde est pour les Grecs une contrée mystérieuse connue par les textes d’Hécatée de Milet et d’Hérodote ainsi que ceux de Ctésias. Mais les informations sont parfois modifiées ou arrangées. Lorsqu’ils arrivent en Inde, le choc est grand: créatures étranges, climat très différent, nouvelles maladies. D’ailleurs, une parti de armée tombe malade à cause des tempête tropicale.

De -326 à -325, il conquiert une partie de l’Indus mais certains peuples se soulèvent et une bataille s’engage. Après des années à voyager et se battre, la fatigue n’aidant pas, Alexandre est vaincu et grièvement blessé. Il restera alité jusqu’au printemps -325. Il décide de retourner à Babylone et divise son armée en 3. Il passe par les terres, voyages difficiles et dangereux. Beaucoup d’hommes meurent et les révoltes continuent.

En -324, Alexandre est terriblement attristé par la mort de son fidèle compagnon, Héphaïstion. Puis il se rend en 323 à Babylone. Il se lance dans un vaste programme de travaux. Il reçoit aussi des ambassadeurs de Carthage, d’Italie. D’autres conquêtes sont prévues mais il fut frappé par une forte fièvre qui l’emporta en une dizaine de jours (alcoolisme excessif, empoisonnement, maladie, personne en sait vraiment). Le grand maître de la Grèce, de l’Egypte et de l’Asie, s’éteint le 13 juin 323 avant J.C à l’âge de 33 ans. Alexandre le Grand est mort après avoir conquis une bonne partie du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.