The Witcher 3 : Wild Hunt

Après les événements de The Witcher 2, Geralt est toujours sur les traces de Ciri et Yennefer, alors que Nilfgaard s’apprête à entrer un guerre contre la Rédanie. Accompagné de ses amis et de son maître, Geralt de Riv parcours un monde dévasté où les monstres pullulent. Mais rien ne saurait l’arrêter dans sa quête.

The Witcher 3

Certes, ce n’est pas le jeu le plus récent mais honnêtement, qui pourrait m’en vouloir? Ce jeu est un tel régal qu’on en parle encore, des années après sa sortie, surtout depuis que la série TV est disponible. Il faut dire que le monde de The Witcher 3 est tellement riche qu’il est impossible de s’en lasser. Une carte 20% plus grande que celle de Skyrim (ce qui n’est pas rien) nous permet d’errer encore et toujours à travers des paysages magnifiques et variés. Par exemple, lorsqu’on arrive à Skellige, c’est la claque. Quelle beauté! Quelle splendeur! Les raccourcis existent, histoire de gagner un peu de temps mais quel plaisir de se balader tranquillement dans les campagnes ou les montagnes, cheveux au vent. Ablette vous accompagnera toujours sur les routes.

Mais ce qui fait la force du jeu, c’est surtout son scénario, hyper travaillé, aux nombreux rebondissements et à quelques moments vraiment intense. On peut refaire 5 fois la partie sans jamais se lasser. Je ne compte plus mes heures à changer de version, à essayer d’autres voies et à voir d’autres fins. Chaque dialogue a des conséquences et il existe 3 fins différentes, selon le chemin que l’on emprunte. On retrouve les trahisons, les complots et les combats qui ont fait la force des livres, que je vous encourage vivement à lire afin de se mettre dans l’ambiance. Car oui, le scénario des 3 jeux commencent après celui des livres, comme une suite officielle.

 

Le gameplay gagne sans cesse en fhttps://youtu.be/3MqfxPU3mRIluidité et en vivacité du 1 au 3. On est beaucoup plus dans l’action dans ce Wild Hunt. Plus libre aussi. Ca bouge, ça coupe, mais c’est bon. Très bon. Et comme les quêtes annexes permettent d’avoir plus d’armes et d’armures, le look de Geralt se gonfle, ainsi que la puissance des armes et la résistance aux coups.

Les personnages. Que dire de plus à part, bravo. Geralt, mon Geralt, mon maître, est bien mon personnage préféré, tous supports confondus. Look, charisme, dégaine, attitude, tout est là, rien à jeter. Il est fidèlement accompagné d’une fine équipe. Yennefer, Jaskier, Triss (ma préférée personnellement), Vesemir, Ciri. Tout est bon dans le cochon. Mais ce que j’aime le plus c’est la relation entre Geralt et Ciri. On connaissait déjà le lien qui les unissait mais elle prend une autre dimension dans cet opus. Ciri n’est plus une gosse et leurs retrouvailles est un moment magique et émouvant. Mon seul bémol, pour chercher la petite bête, est que le méchant n’oppose pas une énorme résistance dans le combat final alors qu’il possédait une classe folle. Un peu plus dur aurait été un plaisir supplémentaire.

Vous l’aurez compris, The Witcher 3 est énorme et mérite ses louanges. Je pourrais passer des heures à en parler mais je vous laisse vous faire une idée de ce magnifique jeu à faire et refaire. Chose frustrante: on sait qu’au bout d’un moment, il va finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.